Trac théâtre, parler en public, peur du public

MES 5 SECRETS POUR GÈRER LE TRAC

Le trac est à la fois un ami et un ennemi. Il permet de se dépasser mais il peut aussi te paralyser.

Le trac, je le connais à travers différentes expériences. Mon expérience de professeur en face d’une classe. Mes études de musique avec les concerts et les examens. Celle de mannequin dans un défilé, comédienne d’un jour dans une pièce de théâtre amateur. Ou encore le trac des compétitions d’athlétisme ou d’équitation.

Alors cette peur qui fait respirer plus vite et qui te vide la tête, je la connais bien.

Alors aujourd’hui, pensant que ça te serait utile, je vais te faire part:

DE MES 5 SECRETS POUR COMBATTRE LE TRAC

Trac théâtre, parler en public, peur du public

Incarner un personnage lors d’un défilé, c’est du trac en perspective… Surtout avec des chaussures à talons moyennement confortables! Photo: Blue Carpet, Monterrey.

Nous sommes toutes passées par là. De parler devant une classe, ou un groupe de personnes, à passer un examen. On a toutes eu au moins une fois le trac dans notre vie.

Alors comment le gérer? Existe-t-il des trucs? Fonctionnent-ils?

Il te faudra les essayer pour savoir s’ils te conviennent. Mais j’espère que la plupart t’aideront!

Respirer 3 fois.

Celui-là, c’est un de mes favoris car c’est celui que j’ai utilisé pendant toute ma carrière de mannequin. Ça parait tout bête de marcher en faisant la gueule sur une ligne droite. Et pourtant, c’est une performance très compliquée. Il faut étendre les genoux, lever la tête, ne pas bloquer la mâchoire, ne pas mettre la tête en avant. Et puis faire des grands pas, bouger les avant-bras mais garder les bras près du corps. Il faut poser en faisant pivoter les pieds, en ouvrant légèrement les jambes, mais pas trop…. Et j’en passe.
La première fois que j’ai du défiler, j’ai cru que j’allais m’évanouir. Je te jure que je percevais même des petites étoiles devant les yeux.

Et puis j’ai lu que pour gérer un gros trac, il fallait faire un exercice de respiration.

 

Respirer profondément et expulser l’air rapidement, en forçant les abdos. Répéter encore deux fois, puis se lancer.
À partir du moment oú j’ai utilisé ce truc, je n’ai plus eu la sensation de m’évanouir en sortant des Backstages.

Montrer son humanité.

Ce truc m’a énormément aidé lorsqu’il s’agissait de parler en face d’un public. Même avec 12 personnes autour, le trac peut être immense si on n’a pas ou plus l’habitude.
Alors je dédramatise. J’ai appris ça d’un conférencier dont malheureusement je ne me rappelle plus le nom. J’avais 17 ans à l’époque, et je n’osais pas utiliser ce conseil.
Et puis, un jour, je me suis lancée, je l’ai fait!

 

Trac théâtre, parler en public, peur du public

Ouvrir ou fermer un défilé ou encore ouvrir un final, c’est la responsabilité la plus grande de la mannequin. Et quand il y a un sol glissant, le trac est à 100%… Photo: Pepa Pombo, Fashion Week 2012

Il s’agit simplement de dire à son public qu’on est nerveux.

Comme ça, simplement et spontanément. Crois-le ou pas, ça brise la glace. Ça nous rend humains en fin de compte.
Ça fait longtemps que je ne parle pas régulièrement en public et j’ai du prendre la parole en face d’un groupe il y a peu.
J’ai pris le micro et j’ai dit en blaguant:
« Ouh la! Ben dis-donc, je n’avais plus l’habitude d’un public! Je suis toute gênée! »
En fait, c’était très réel, mais le fait de le dire a tout de suite fait sourire l’assistance.
Du coup, ça m’a vraiment tranquillisée et j’ai pu parler sans encombre jusqu’à la fin.

Montrer des photos de sa vie.

Ce truc me vient d’un professeur des écoles qui était très nerveux de se retrouver devant une nouvelle classe chaque année.
Un jour, il en a eu marre et a réfléchi a un moyen de faire un lien immédiat entre lui et ses élèves.
Il a donc pris un album de photos et il a commencé son premier cours en parlant de sa vie.
Je me suis rappelé de ce bon conseil devant mes premiers élèves.

J’avais 23 ans, j’habitais en Chine, et je travaillais à l’Alliance Française de Shanghai.

 

Je me suis retrouvée devant une quinzaine d’élevés qui étaient presque tous plus vieux que moi. J’avais pris avec moi l’album de photos que m’avait fait mon amie d’enfance. J’ai eu un trac monstre! Mais lorsque j’ai ouvert l’album et j’ai commencé à montrer mes photos, tout a changé. Je parlais lentement pour que tout le monde comprenne. « Voici mon père et ma mère. J’ai un frère. Il vit à Paris… ».
Et puis j’ai tourné la page et il y avait une photo de mon chat, un Scottish Fold. Tous les élèves ont sourit lorsqu’ils ont vu la tronche de mon chat.
La glace était brisée!
J’ai eu des classes merveilleuses et sympas tout le long de l’année, grâce à ce truc tout simple!

Se masser les oreilles.

Trac théâtre, parler en public, peur du public

La trouille du concertiste: la fausse note. Concert Indien, Suly Resort, Bali, Indonésie

Ce truc là, il vient évidemment d’une musicienne! Lorsque j’étais au Conservatoire de Cannes, j’ai pris un atelier sur la gestion du trac.
La pianiste qui le donnait, Myriam, accompagnait tous les élèves de l’école dans leurs examens. Autant dire qu’elle en avait des responsabilités sur le dos!
Lors de son atelier, elle nous a demandé à tous de nous masser lentement les oreilles. En partant par le bas puis en remontant. Les oreilles sont pleines de points d’acuponcture, avec de puissantes terminaisons nerveuses.
J’ai trouvé l’exercice vraiment stupide au début.

Se masser les oreilles avant un concert? Mais c’est quoi ce truc?

Pourtant, après deux minutes de massage d’oreilles, Myriam nous a dit:
« Maintenant, rendez-vous compte que votre ouïe est beaucoup plus fine. Vous entendez beaucoup mieux, d’une façon plus nette. »
Et là, je tombe de ma chaise… En effet, d’un coup, j’entendais tout. C’était comme si mes sens étaient décuplés mais d’une façon très particulière. Un peu comme si j’étais une chauve-souris et que je pouvais entendre le battement d’ailes d’un papillon de nuit. Ça m’a été royalement utile pour mes examens!

Répéter dans sa tête et tout oublier.

Ce truc d’examen me vient de la musique (et de l’équitation). Lorsqu’on est au Conservatoire, on a toujours un peu la trouille des concours, concerts et autres examens.
Du coup, j’ai découvert qu’en laissant mon instrument de coté pendant quelques jours… J’étais vraiment meilleure après!
Tout passe par la pensée. Les ballerines répètent dans leur tête, et aussi les cavaliers!

Lorsque tu fais un concours de saut d’obstacles, tu dois réviser le parcours dans ta tête.

 

Car c’est en sachant le parcours que tu amèneras bien ton cheval sur les obstacles. Et ça se fait par la pensée.
Avec la musique, j’ai fait la même chose. Avant les examens, je ne faisais que des gammes et je répétais mon morceau dans la tête. J’imaginais que je jouais mais je ne bougeais pas les doigts en réalité. Je faisais ça pendant plusieurs jours. Techniquement, je ne jouais pas mon morceau pendant une semaine. Mais ma pensée le jouait en regardant la partition.
Puis, j’oubliais tout juste avant l’examen et je me dédiais à rigoler avec les autres.
Le fait de travailler dans la tête est incroyablement efficace pour s’améliorer. Le fait d’oublier tout juste avant un exam permet de relâcher la tension. Si la tension est relâchée, le cerveau va facilement piocher là où il a besoin. Et adieu les trous de mémoire!

Voilà les 5 secrets qui ont fait une grande différence sur mon trac.
J’espère qu’ils te seront utiles!

 

About The Author

agata.descroix

Salut! Je m'appelle Agatha. Ex-mannequin internationale et citoyenne du monde, je suis passionnée de bien-être depuis des années, incluant la nutrition, le sport, les techniques mentales, le coaching personnel, la mode et la gestion de l'image. Ce blog est un outil pour permettre aux femmes d'augmenter leur confiance en elles.